logo chat

William Dodé - Informaticien indépendant

La Flibuste, le statut d'informaticien indépendant et les logiciels libres : point de vue

/images/gnu.png

Histoire de La Flibuste

Dans les années 80, La Flibuste était un micro-serveur minitel hébergé dans une chambre du sud-est de la France. Il fonctionnait sur un Apple ][+, programmé en langage machine 6502 et l'on s'y connectait grâce au modem du minitel.

Repaire de flibustiers en herbe, on y discutait sur les méthodes de crack pour copier et hacker les jeux.

Cracker pour copier, hacker pour étudier le fonctionnement interne. C'était à l'époque un des seuls moyen pour obtenir des jeux (qui étaient soit indisponibles en France, soit hors de prix) mais aussi et surtout pour apprendre à programmer (la documentation sur le langage machine étant difficile, voir impossible à trouver).

Aujourd'hui point de cracking sur La Flibuste... En effet, il n'est plus nécessaire de pirater pour s'amuser et étudier. Des programmeurs ont pris la situation en main et mis en place un vaste réseau d'entraide et de diffusion de logiciels accessibles à tous. Ils ont fondé la Free Software Fondation, le système GNU/Linux est né, évitant ainsi d'avoir à pirater pour utiliser et étudier l'informatique.

Les logiciels libres

La notion de liberté des logiciels se situe sur 2 plans. D'un côté l'utilisateur, de l'autre le programmeur.

L'utilisateur souhaite avoir la liberté d'utiliser son logiciel, de le copier pour ses amis ou partenaires, de l'améliorer et le réparer si nécessaire.

Le programmeur souhaite avoir la liberté de programmer, apprendre, étudier d'autres programmes, entre autres pour assurer une compatibilité entre eux, utiliser d'autres programmes pour ne pas réinventer la roue, et enfin diffuser ses réalisations sans contrainte.

Les logiciels libres garantissent la préservation de ces libertés.

Les logiciels propriétaires accaparent ces libertés dans les mains des commerçants au détriment des utilisateurs, simples consomateurs ne pouvant utiliser leur achat que dans un cadre limité, et des programmeurs bien souvent simples exécutants sans aucun droit sur leur réalisation.

Le statut d'informaticien indépendant

Le statut d'indépendant permet d'avoir relativement le choix des outils employés pour programmer et de diffuser ses réalisations sans contrainte.

L'utilisation des outils libres apporte beaucoup à cette profession; entre autres :

  • Permet d'apprendre et de rester constamment à la pointe des dernières technologies
  • Permet de s'appuyer sur des outils fiables et performants
  • Permet d'échanger ses programmes avec d'autres informaticiens
  • Permet de ne pas payer (et faire payer) de redevance sur la revente d'outils annexes
  • Permet de s'équiper (et d'équiper ses clients) à moindre coût et donc d'établir des tarifs basés uniquement sur le service et non la revente
  • Le client sait donc exactement ce qu'il paye : un service
  • L'investissement ne s'exprime qu'en termes de temps et d'échanges de services
  • Permet de diffuser ses réalisations sous des licences libres permettant ainsi de rassurer le client sur la pérennité de la réalisation (mise à disposition du code-source et des outils nécessaires à la réalisation et donc la maintenance ultérieure). En cas d'indisponibilité du programmeur ou de désaccord, le client conserve donc l'entière liberté de faire appel à un autre programmeur pour maintenir le logiciel réalisé.
  • Permet d'utiliser le code-source d'un programme pour plusieurs clients (ce qui n'est pas le cas lorsque qu'un développeur est salarié : le code-source appartenant à l'entreprise, l'auteur ne peut plus l'utiliser)